L'Alternateur sur TwitterL'Alternateur sur Facebook
Bar des cultures locales et alternatives Niort

Priscille Vincens

Priscille Vincens

mercredi 31 décembre 2014

Expo organisée par La Dynamo du 02/12 au 31/12
Vernissage le mardi 2 Décembre à 19h

Née en 1974, Priscille Vincens a, depuis l’enfance, consacré son temps libre à l’apprentissage et à la pratique de la peinture.
Après des études brillantes de commerce et une tentative de concilier commerce et art en travaillant chez un commissaire-priseur, elle met ses compétences au service de la production cinématographique.
Les exigences du travail n’atténuent pas un sentiment de frustration réel. Son désir de peindre s’exacerbe, mais ne peut s’assouvir.
En 2007, capable enfin de prendre en charge son désir profond : peindre, elle entreprend de consacrer sa vie à son art.
Sa technique est centrée sur le geste, l’énergie, l’expression ; le résultat compte moins que le moment rituel et magique de l’acte qui ouvre sur la profondeur de la démarche.
Depuis sept ans, elle déploie avec une énergie inlassable, un travail magistral qui la conduit à exposer en France et à l’étranger.
Son énergie vitale et son désir de communiquer aux autres sa passion pour l’art et son goût de la vie, l’ont conduite à développer une pratique de performance.
Pendant des concerts ou des spectacles, elle peint en direct, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives aux relations qu’un artiste entretient avec son public.
Inspirée par les grands maîtres contemporains de la peinture figurative, comme Bacon ou Rebeyrolles, Barcelo ou Leroy, elle trouve bien sûr dans les expressionnistes allemands, Nolde, Kirchner ou chez Munch une source intarissable d’inspiration mais elle aime aussi De Kooning, Zao Wou-ki, Olivier Debré…
Priscille Vincens crée une peinture aussi profonde que légère, chargée qu’aérienne. Le geste anime les lignes. Plus même : il les tord pour consumer le vernis des apparences. L’artiste semble sentir ce qui la traverse et arrive à le plaquer vivant sur le support. A travers l’âme de la toile se transmet la pulsion du corps et ses émotions.
Partant de la couleur l’artiste fait naître ses visions du corps. Peu ou prou il est toujours présent. La peinture naît de lui, par et pour lui, sans régulateur, sans régulation, dans une destruction créatrice des apparences. Priscille Vincens offre une autre vision en ce qui tient d’un rite. Chaque fois il est recommencé dans une course sans limite au vertige d’une jouissance pleine de dépressions et d’exaltations.
Une atmosphère émotionnelle indicible surgit par tout le « désordre » dont l’artiste anime ses constructions. Elles semblent évidentes, spontanées. La créatrice paraît parfois débordée par sa création. Celle-là ne fait rien pour la contrarier. Aucun ordre n’encadre la pulsion première. L’artiste lui donne des ailes. Elle semble ne pas vouloir, pouvoir s’en protéger. Mais qu’on ne s’y trompe pas. Il y a dans cette mise en demeure, dans cette immédiateté tout un processus antérieur. Une telle promiscuité avec la pulsion ne va pas de soi.
Priscille Vincens peint pour mieux faire gicler le trop brûlant. Ses gestes de surcharges ou d’effacements deviennent une manière de faire surgir des tréfonds du corps les formes primitives qui touchent à l’inconscient. En chaque toile le silence fait du tapage. Oui, de la peinture surgit un murmure, un cri, un bruit sourd.
Chaque toile reste une rencontre. Celle-ci éveille la peur ou la joie dans une ivresse d’espoir. Il y a là une fascination de la matière et parfois sa répulsion. Consistance et épure sont donc les deux pôles d’une œuvre qui se tourne vers l’Absent, vers l’Absente pour lui donner un corps même si parfois il reste englouti au sein des formes d’où il tente d’émerger.
L’artiste se fait presque bourreau d’elle-même pour que jaillissent d’étranges visions dont la lumière demeure aussi prégnante qu’ambiguë à travers les effets de matière ou ceux d’effacement. Les formes échappent aux couleurs, les couleurs aux formes ? L’être au non être, le désir au manque. Demeure l’ivresse violente comme un craquement de glacier. On se laisse emporter.

2014 2ème Prix de Cours & Jardins des Arts

2013 Commande de 2 œuvres par le groupe La Poste-Coliposte

2008 – 2011 Lauréate de la Fondation Banque Populaire

2010 Carte blanche pour le mensuel « Faire face »
Publication dans « L’Expressionnisme Contemporain – 200 œuvres de chair et de sang », éd. lelivredart

2009 Intègre la collection permanente de l’église Notre-Dame de la Croix (Paris) et du musée des Beaux-arts de Charleroi (Belgique)
Couverture du livre « Fratries confrontées au traumatisme » de Régine Scelles, Publications des universités de Rouen et du Havre

2008 3ème prix de peinture, concours de Lion’s club Paris grand Est

2007 1er prix de peinture de la ville de Montmorency, concours Montmartre à Montmorency

www.priscillevincens.com