L'Alternateur sur TwitterL'Alternateur sur Facebook
Bar des cultures locales et alternatives Niort

Dans la presse

Neuf entreprises deux-sévriennes au Top
L’édition 2013 du "Top des entreprises des Deux-Sèvres", supplément économique de la NR, sort demain. A l’intérieur, un classement exclusif de 600 sociétés, et un coup de chapeau à neuf entrepreneurs, mis à l’honneur ce soir à l’occasion d’une cérémonie organisée à Niort.

Article complet à lire sur lanouvellerepublique.fr


Top des entreprises 2013 - Economie solidaire... par La_NR

L’Alternateur : générateur d’ambiances festives

L’Alternateur, futur lieu branché du centre-ville ? Il vient d’ouvrir place Denfert-Rochereau.

« L’Alternateur, c’est cette pièce mécanique qui rassemble les énergies, pour mieux les diffuser sur l’ensemble d’un système », présente Mathieu, l’un des quatre associés de l’Alternateur, nouveau lieu de fête, de spectacles, d’expos et de restauration, installé place Denfert-Rochereau. « Alternatif », s’entend aussi, évidemment, comme espace d’expressions pour ceux qui ne sont pas « encore » dans le système, ou qui s’en défendent … « Ils disposeront ici de bonnes conditions, dans un lieu tout équipé en son et lumière ». On est ici entre la salle de spectacle et le caf’conc’. Les travaux ont débuté en août. Il fallait bien ça pour transformer cet ancien restaurant universitaire. Pour l’heure, seul le rez-de-chaussée sera exploité, soit plus de 200 mètres carrés quand même.

A midi aussi
L’Alternateur entend animer le quartier dès la pause déjeuner. Entre 15 et 30 couverts, produits locaux et pain maison au menu. Le programme des soirées, diffusé dans le « Kek tu bouines ? », fera lui aussi la part belle aux productions locales : « musiciens, plasticiens, comédiens… devant 200 personnes maximum ».

Un bail de deux ans
Les quatre z’amis ont signé un bail précaire de deux ans avec la Ville, propriétaire des lieux depuis 2010. Cette dernière a lancé un appel à candidatures auprès de promoteurs, pour la construction de logements, bureaux, commerces sur l’ensemble du vaste îlot, entre la place Denfert-Rochereau et la rue de Strasbourg.

Le choix de la Scop
Mathieu et ses trois compères (Samuel, Guillaume et Olivier) ont opté pour le montage d’une Scop (Société coopérative et participative). Un choix dicté par un principe, « la démocratie : nous sommes tous au même niveau de décision et des agréments : Nous avons bénéficié d’un bon suivi et d’aides importantes pour démarrer. » Trois postes à temps plein ont ainsi été créés, l’un étant partagé entre deux des associés, employés par ailleurs. Les co-gérants ont investis 40 000 euros. Des investisseurs extérieurs, types Cigales, ont apporté les 30 000 euros complémentaires.

02/12/2013 | source : vivre-a-niort.com


Un nouvel espace culturel soutenu par les Cigales à Niort

L’Alternateur est un nouveau concept de bar sur Niort visant à favoriser l’expression locale artistique et culturelle. Ce lieu disposera d’un véritable espace scénique, il sera également un lieu d’exposition ouvert aux artistes locaux souhaitant se faire connaître pour développer leur propre activité, proposer des initiations...

L’objectif est donc bien de faire naître un "bar culturel et solidaire" qui proposera des produits locaux et/ou biologiques, ainsi qu’une programmation culturelle articulée autour de groupes, d’artistes et d’associations principalement locaux. Notre volonté est également de créer un univers axé autour du recyclage, avec un ameublement et des décorations créés avec des objets récupérés.

L’Alternateur a reçu le soutien de Cigales niortaises : Courte-Echelle et Le Regain ont chacune apporté 3 500 € au capital de la SCOP (Société Coopérative et Participative) et vont dès l’ouverture courant décembre ne pas manquer de faire connaître ce bar des cultures locales et alternative.

08/11/2013 | source : cigalespoitoucharentes.org


Niort. Un bar culturel va ouvrir ses portes

Dans environ trois semaines, va ouvrir, place Denfert-Rochereau, dans les locaux de l’ancien restaurant universitaire, un bar culturel, l’Alternateur. On pourra y déjeuner ou y dîner, y boire un verre, assister à des spectacles ou y voir des oeuvres d’art. Quatre jeunes ont mis 70 000 € dans l’affaire qui fonctionnera sous la forme de société coopérative.

02/11/2013 | source : courrierdelouest.fr


Quatre garçons dans l’élan d’un bar-concert pur jus local

En fin d’année, L’Alternateur remplacera feu le restau universitaire, place Denfert-Rochereau. Belle saga de quatre trentenaires embarqués dans une Scop.

Le chantier bat son plein sur le promontoire niortais. Ici, sur 220 m2 de l’ancien restaurant universitaire donnant sur le parking, un bar servira sa culture alternative aux clients avides de produits locaux et de spectacles du cru. Car ce restaurant du midi qui transformera en tapas le soir les produits frais du matin non consommés au déjeuner, aura même droit à sa scène de 15 m2. Avec la régie solidement ancrée au bout du bar en pin fait maison. Même le mobilier sera issu de produits de récupération.

Ambassadeurs du circuit court

« On n’est pas forcément de bons musiciens, alors on s’est dit qu’on allait proposer des concerts autrement », plaisantent-ils. Ils sont quatre associés : Samuel Trellu, ex chauffeur-livreur dans une société coopérative et participative (Scop) niortaise ; Mathieu Leon, jusqu’alors assistant d’éducation en lycée ; Olivier Ferioulaud, responsable multimédia au centre socioculturel de la Tour-Chabot et Guillaume Grolleau, chef-cuisinier. Mathieu et Samuel y travailleront à plein-temps ; Olivier, précieux pour le son et la lumière, opérera à 30 % ; Guillaume, à 70 % côté cuisine.
Convaincus des vertus « démocratiques et collectives » de la Scop, ces quatre mousquetaires trentenaires sont allés découvrir une expérience similaire à Poitiers, le Plan B. « On a eu envie de trouver un travail qui nous permette de vivre une belle aventure collective », confie Samuel. Ces entrepreneurs ont mis 80.000 € sur la table et ont été épaulés par la Ville dans leur dossier.

Les travaux ont débuté en août. L’objectif est d’ouvrir en fin d’année. On y servira autant les atouts du terroir à table (« ni Coca ni RedBull mais des boissons alternatives locales ») que sur scène pour les artistes ou associations. Cette ambassade du circuit court proposera aussi des matchs d’impro et des diffusions de films amateurs. La scène musicale sera éclectique, comme les goûts du quatuor.
Le bail a été signé pour deux ans (renouvelable), terme après lequel les locaux, soumis à appel à projets de la collectivité, pourraient trouver une autre vocation. Le temps de se lancer et de voir.

Pourquoi L’Alternateur ? Pour le côté alternatif, certes. « Parce que c’est une pièce de moteur qui sait réunir les énergies pour bien les diffuser ». Malin. Deux ans de travail pour monter le dossier et le moteur va donc pouvoir enfin tourner.

05/09/2013 | source : lanouvellerepublique.fr


SCOPCOM édition 2015

JPEG - 222.8 ko
JPEG - 363.5 ko
JPEG - 317.6 ko